Acting Brain

Publié le par Matt

Ca fait 10 jours.
10 jours que rien d'intéressant ne me vient à l'esprit.
Ou tout du moins à un moment où je pourrais écrire ce qui me traverse la pensée (au volant c'est chaud d'écrire).

Mon cerveau ne s'est pas arrêté, je l'entretiens comme il faut. Une dose minimum par jour m'est fortement recommandée sous peine de stupidité chronique.
On ne gagne pas une bataille sans faire de plan.
Je n'ai malheureusement pas touché à ma nouvelle depuis... 2 mois (le 4 janvier pour être précis). Qui sait, peut-être me replongerais-je dans ce tas d'idées incongrues...
Disons que l'imagination fantastique n'est plus, or cette nouvelle n'est pas terre-à-terre et se déroule "ailleurs".
Une drôle d'idée de nouvelle m'est venue à l'esprit en regardant ce flim cet après-midi: Chapter 27, qui raconte les quelques jours, avant l'acte, de la vie du tueur de John Lennon (avec un Jared Leto comme jamais vu!)
Je suis donc retourné sur terre, dans notre monde, dans nos vies. Rien n'indique que je me mette réellement à écrire une nouvelle histoire, seulement ça trotte maintenant, comme un nouvel objectif.

Ca me fait penser à un petit billet que jm'étais écrit mais qui n'est pas apparu ici. J'y crachais sur la rationalisation, le fait de vouloir tout expliquer, de vouloir tout comprendre (je m'étais emporté sur la fausse idée que se fait l'humanité d'elle-même). Bref, jme rends compte que c'est parfois intéressant de pouvoir expliquer certaines choses, pas tout évidemment! mais en tout cas, le fait de pouvoir retrouver une harmonie d'esprit en s'expliquant soi-même est parfois un bon moyen de retomber sur ses pattes, et de continuer son chemin.
En effet, certaines actions ou éléments perturbateurs viennent dérangés nos petites vies, et ce tout le temps! On est parfois plus dérangé que d'autres fois. Et c'est dans ces moments que je crois qu'il est nécessaire de se poser une autocritique, pas forcément violente, une simple autocritique; et pouvoir ainsi comprendre ce qui s'est passé. Pourquoi agir ainsi et pas autrement? Apres, il n'est pas toujours facile de rationaliser ses propres actions seuls, on a parfois besoin d'aide. Certains vont chez un psy, d'autres parlent avec leur entourage. Au final, le déroulement est totalement différent, l'état de l'individu résultant n'est pas identique. Mais au final, le mal-être existant, ce qui dérangeait, est explicité, on arrive à mieux comprendre, à mieux SE comprendre.
Cette rationalisation non-systématique n'est absolument pas néfaste, elle aide à se tenir prêt face aux dangers qui proviennent de l'individu même.

Il est important de bien garder à l'esprit la non-systématicité du processus! Sinon, la spirale infernale vous revient en pleine face et en moins de deux l'état complaisant dans lequel vous arrivez à vous installer repart!

Pensez à garder une part d'inconnu, d'inexpliqué, pour garder un peu de poésie dans cette humanité complexée.

Publié dans Osef

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article